Conformément à la loi du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité, le site Internet de la Ville d’Avrillé ouvre un espace d’expression aux différents groupes politiques qui composent le Conseil municipal, mis à jour chaque mois.

Majorité

Ambition et réalité

Gérer une commune et son territoire suppose rigueur et responsabilité. Cela implique de prendre en considération les besoins et les impératifs que sont ceux d’une collectivité
aujourd’hui.

Cela implique d’anticiper autant que faire se peut, les évolutions sociétales parmi lesquelles les modes de vie et le cadre économique. Aucun champ de l’action municipale ne doit échapper à cette recherche de juste équilibre.
C’est dans cette logique, qu’il y a plusieurs mois déjà, nous vous indiquions avoir engagé une réflexion sur la politique de la Petite enfance notamment, considérant une offre privée de crèches en plein essor, génératrice d’emplois et d’une qualité tout aussi satisfaisante que celle pouvant être proposée par le secteur public.

Conserver un même niveau de services sur le territoire, sans augmenter les dépenses de la collectivité qui évolue dans un contexte difficile, dans une situation de pression fiscale sur les ménages très importante, est une décision légitime.
Le coût de garde d’un enfant en crèche associative subventionnée est deux fois plus élevé pour le contribuable Avrillais que celui d’une garde en crèche municipale. L’argent du contribuable doit être utilisé au mieux des besoins et de l’environnement.
Nous nous refusons à tout immobilisme qui consisterait à vouloir maintenir un dispositif, au seul motif qu’il est ancien, faisant abstraction des réalités de la commune. Notre décision, nous l’assumons pleinement.

Faire croire que le cadre municipal doit rester figer revient à tromper les Avrillais.

Se cantonner à une vision trop étroite de ce que veut dire réformer la société, en se référant toujours aux mêmes exemples, formulant les mêmes critiques, ce n’est pas ça une politique volontariste. La gestion des deniers publics nous impose une responsabilité, celle de préparer l’avenir de notre territoire en anticipant les besoins de demain et en considérant les réalités d’aujourd’hui. Notre action nous la portons envers et pour les Avrillais.

 

Minorité

Question de confiance

Comme de nombreux Avrillais, nous sommes toujours surpris d’apprendre par la presse, des décisions prises pour la commune d’Avrillé sans concertation, et nous sommes découragés, dépités quand elles sont brutales et fortement dommageables pour la Ville et ses habitants.

Pendant ce mandat, elles concernent entre autres, l’abandon pur et simple l’école Pierre et Marie Curie, le déplacement des activités de l’espace Jeunesse vers le centre Brassens, l’ancien local acheté 12 ans auparavant étant jugé vétuste ! L’arrêt de la piste de BMX pour laisser la place à la 4ème salle de sports, la baisse des subventions aux associations comme la MJC ou l’accueil maternel proposé par Pouce-Poucette avec, à la clé, des pertes d’emplois et tout dernièrement, la tenue de négociations pour vendre le château de la Perrière et le golf.

Ce projet, amorcé au moins depuis janvier 2016, n’a été annoncé que début septembre. Nous ne pouvons accepter le peu de temps consacré à la présentation de ce dossier complexe. Pour nous, la démocratie consiste à disposer de toutes les informations, à confronter les points de vue, à envisager plusieurs solutions pour enfin choisir la plus avantageuse pour la commune. La démocratie, c’est débattre, ce n’est pas mettre les citoyens au pied du mur.

Dans ce dossier, les enjeux financiers sont très importants. La municipalité a dépensé plus de 12 millions d’euros pour l’achat, les travaux de rénovation et d’aménagement du château et du golf, dont un système d’arrosage pour environ 450 000 €. Les suites juridiques sont risquées, le locataire actuel du château contestant les sommes réclamées par la Ville. Cependant la vente annoncée de l’ensemble porte sur une somme de 2 millions d’euros soit un million en dessous de l’estimation la plus récente et la précédente, il y a 18 mois, se montait à 3,8 millions d’euros. Nous avons demandé un report de cette décision. La seule réponse donnée a été polémique, montrant une grande méfiance envers le groupe des élus de l’opposition. En effet, tout ici est une question de confiance. Comment conserver un patrimoine en s’en débarrassant !

Autre décision surprenante, brusque et affligeante, celle concernant « Lire et faire lire ». Cette association qui existe à l’échelle nationale a pour but de faire découvrir aux enfants le plaisir de la lecture dans un cadre intergénérationnel. Les bénévoles interviennent dans les écoles, centres de loisirs, crèches, bibliothèques. À Avrillé, leur participation aux temps d’activités périscolaires (TAP) était reconnue depuis 2014 et bien appréciée des enfants et des animateurs. Depuis mai, une demande a été effectuée auprès de la mairie pour continuer ces moments de lecture avec de petits groupes. La réponse, parvenue le 15 septembre, était négative avec des prétextes ne correspondant pas à la convention. Drôle de manière de faire, ce n’est pas ainsi que l’on développe confiance et bonnes relations avec les habitants de la commune et leurs associations !

 

Partager cette page sur :