Conformément à la loi du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité, le site Internet de la Ville d’Avrillé ouvre un espace d’expression aux différents groupes politiques qui composent le Conseil municipal, mis à jour chaque mois.

Majorité

Ambition et réalité

Gérer une commune et son territoire suppose rigueur et responsabilité. Cela implique de prendre en considération les besoins et les impératifs que sont ceux d’une collectivité
aujourd’hui.

Cela implique d’anticiper autant que faire se peut, les évolutions sociétales parmi lesquelles les modes de vie et le cadre économique. Aucun champ de l’action municipale ne doit échapper à cette recherche de juste équilibre.
C’est dans cette logique, qu’il y a plusieurs mois déjà, nous vous indiquions avoir engagé une réflexion sur la politique de la Petite enfance notamment, considérant une offre privée de crèches en plein essor, génératrice d’emplois et d’une qualité tout aussi satisfaisante que celle pouvant être proposée par le secteur public.

Conserver un même niveau de services sur le territoire, sans augmenter les dépenses de la collectivité qui évolue dans un contexte difficile, dans une situation de pression fiscale sur les ménages très importante, est une décision légitime.
Le coût de garde d’un enfant en crèche associative subventionnée est deux fois plus élevé pour le contribuable Avrillais que celui d’une garde en crèche municipale. L’argent du contribuable doit être utilisé au mieux des besoins et de l’environnement.
Nous nous refusons à tout immobilisme qui consisterait à vouloir maintenir un dispositif, au seul motif qu’il est ancien, faisant abstraction des réalités de la commune. Notre décision, nous l’assumons pleinement.

Faire croire que le cadre municipal doit rester figer revient à tromper les Avrillais.

Se cantonner à une vision trop étroite de ce que veut dire réformer la société, en se référant toujours aux mêmes exemples, formulant les mêmes critiques, ce n’est pas ça une politique volontariste. La gestion des deniers publics nous impose une responsabilité, celle de préparer l’avenir de notre territoire en anticipant les besoins de demain et en considérant les réalités d’aujourd’hui. Notre action nous la portons envers et pour les Avrillais.

 

Minorité

Enjeux

Maintenant c’est clair, après les réunions publiques de M. le Maire, l’agencement du centre-ville d’Avrillé va se poursuivre au fil du temps, sans projet volontariste. Quant à la parcelle proche de la poste, elle reste retenue pour un espace municipal, mais pour quel usage ? À quand la décision pour un véritable aménagement du cœur de Ville ? Ce dernier ne survit que par les panneaux suspendus aux lampadaires. Les créations se résument à de nouveaux logements. Faut-il attendre les programmes des prochaines élections locales pour penser la revitalisation de la vie avrillaise ?

Pourtant, notre commune a besoin d’un renouveau et d’un nouvel élan dès maintenant. L’opposition municipale a souhaité miser sur ce dynamisme et ceci depuis plus de seize années. Les effets néfastes du trop peu d’ambition de la gestion actuelle et ceci depuis trente-quatre ans, se mesurent chaque année. Les bonnes pratiques sont connues et sont décrites dans différentes études. Il s’agit de combiner les fonctions du centre-ville : économie, image, habitat et services, puis de les coordonner avec leurs aspects humains, en identifiant les acteurs et en les associant à toute initiative.

Pour cela, il faudrait savoir conforter la présence des anciens habitants et attirer les couples plus jeunes. Or la suppression d’une école primaire, la disparition de la piste de BMX, la volonté de notre maire de diminuer fortement les subventions aux associations : MJC ou crèche, ne vont pas dans ce sens.

La création d’emplois à Avrillé, ou au moins leur maintien, est aussi un important facteur de vitalité. La disparition d’entreprises, récemment celle de béton ou de services comme le cabinet de radiologie, l’extension d’établissement avrillais vers des locaux hors commune, montrent notre faiblesse sur ce point. La proposition d’étendre la zone d’activités en occupant des terres agricoles n’est pas une solution compatible avec le souhait d’avoir des produits agricoles de proximité, ni avec un bon équilibre des territoires. Surtout lorsque le nombre des friches industrielles ne cesse de croître.

Un autre axe primordial est l’augmentation de l’offre de commerces et de services ce qui intensifierait l’attractivité. Ces dernières années, nous avons vu plutôt le contraire avec la perte des maisons de la presse, jardinerie, librairie, magasin de bricolage, de confection ou vendeur réparateur d’appareils électroménagers …

L’accessibilité pour tous est aussi une nécessité. L’interdiction de la circulation cyclable sur la voie principale sans compensation efficace et l’encombrement des trottoirs donnent encore une idée de l’ampleur des obstacles à franchir.

Organiser des événements festifs ou culturels réguliers permettrait de développer les commerces locaux. Associer à leur élaboration le plus possible d’Avrillais par l’intermédiaire de leurs associations s’impose. Redonner confiance à tous avec écoute, attention et respect. Voici des perspectives à déployer pour Avrillé.

Partager cette page sur :