Histoire des barres Pasteur

Construits en 1959 et 1969, les immeubles de la rue Pasteur étaient destinés à accueillir les familles revenant d’Algérie. Ces LOPOFA (logements populaires et familiaux) étaient depuis longtemps dépassés et vétustes (mauvaise isolation, absence d’ascenseur…).

Phase 1, déconstruction de la barre de 1969

En 2016, c’est l’immeuble aux numéros impairs (1, 3 et 5) qui a été démoli. Construit en 1969, il comportait 18 appartements.

Phase 2, déconstruction de la barre de 1959

En 2017, la deuxième phase de déconstruction des barres Pasteur est enclenchée. Ce sont les bâtiments des numéros pairs (2, 4, 6, 8 et 10), soit 50 logements, qui sont démolis.

Sous les immeubles, les maisons

Maisons en locatif

Maine-et-Loire habitat, le bailleur en charge du projet, a ainsi opté pour une reconstruction « tout maison » en lieu et place des anciennes barres d’immeubles. Le projet a été accepté par la Ville et courant 2018, ce sont vingt maisons aux dernières normes qui sortiront de terre.

Logements collectifs

A quelques pas de l’allée François Jacob, le long du tramway (avenue Pierre Mendès-France), vous pouvez observer l’édification d’un nouveau bâtiment de 58 logements, bâti par la société Eiffage. En face, un deuxième bâtiment de 21 logements est également en cours de construction (par Maine-et-Loire habitat). Ces futurs logements participent également au renouveau du quartier.

Album photos

Photos légendées de la déconstruction et aperçu des futures maisons en locatif.

Partager cette page sur :